FR - EN - NL - ES

Historique


L’œuf de caille, une arme puissante contre les allergies !

Un tout petit œuf serait doté des très grands pouvoirs thérapeutiques : la science se charge de nous le démontrer. Ce qui fait de l’œuf de caille un recours privilégié contre les allergies, et peut-être contre bien d’autres pathologies encore, car l’exploration de ses nombreuses possibilités n’en finit pas de nous révéler ses richesses…

Une action particulièrement efficace

La formidable aventure scientifique de l’œuf de caille débute en 1960, lorsqu’un éleveur de cailles français (R. Cordonnier) observe la disparition progressive de l'asthme et de la dyspnée de son épouse (allergie : plume, poussières, poils de chien), après l’absorption régulière d’œufs de caille.

Cette observation se confirme par un autre éleveur qui expérimente avec succès la même thérapeutique dans son entourage.

Un double constat qui éveille tout l’intérêt du Docteur Truffier

A l'aide d’études sur un large échantillon de patients (soit 5.000 "cures" proposées en 10 ans), celui-ci constate à son tour les propriétés thérapeutiques de l’œuf de caille.

En 1968, ses études se portent d’abord sur l'asthme, puis sur les maladies allergiques dans leur ensemble : asthme, rhinite périodique, pollinose, trachéite spasmodique, conjonctivite, ainsi que sur certaines maladies de peau (prurigo, eczéma, psoriasis).

En 1978, ses études compilent 10 années d’expérience et d’observations sur des patients ayant suivi un protocole détaillé et des règles strictes en terme de posologie, de surveillance clinique et biologique. Truffier propose déjà un choix précis de souches d’œufs. Il affirmera cependant : « qu’il importe que le patient ne se traite pas lui-même, n’importe comment et avec n’importe quel œuf… »

Les résultats obtenus affichent plus de 70% de succès chez les adultes et 85% chez les enfants, et lui permettent de publier un ouvrage scientifique : « Approche thérapeutique de la maladie allergique par ingestion d'oeufs de caille », pour lequel il se voit discerner le prix Marcel Zara.

Parallèlement, le scientifique Gérard Lucotte, Docteur en génétique et spécialiste des cailles, publie un ouvrage sur les vertus du blanc d'oeuf de la caille contre l'asthme : "Oeuf de caille-principe actif découvert". Il estime que ses travaux fondamentaux sont suffisamment avancés pour proposer une forme galénique plus acceptable que les cures d’œufs crus. 

L’ensemble des recherches de Truffier et de Lucotte servira de base à l’approche scientifique d’Ovogenics, ainsi qu’à la mise au point d’une nouvelle forme de traitement.

Deux études primordiales vont également alimenter ce développement.

In prime, celle de Lineweaver, qui mettra en évidence une nouvelle fraction de l’albumen, identifiée sous le nom « d’ovomucoïde ».

Feeney comparera l’activité des ovomucoïdes de 12 espèces d’oiseaux et en conclura que celui de la caille est largement le plus puissant inhibiteur de la trypsine humaine, si importante  dans la réaction allergique.

Une équipe scientifique franco-belge menée par le Docteur Bruttmann, allergologue expert auprès du ministère de la santé française, réalise une étude clinique en double aveugle versus placebo auprès de 33 allergologues ; étude qui confirme les résultats surprenants observés par le Dr. Truffier (La Médecine Biologique, avril 1995). Bruttman Clinical Evaluation

D’autres chercheurs consacrent tout leur intérêt à ces découvertes :

En 1971, le Dr Liu découvre que le blanc de l'œuf de caille contient d'autres inhibiteurs d'enzymes que l'ovomucoïde : les ovo-inhibiteurs, glycoprotéines qui sont également des inhibiteurs naturels des protéases à sérine et possèdent une puissante activité sur la trypsine.

En 1990, une étude canadienne démontrera que l'ovomucoïde de l'œuf de caille possède une puissante activité envers l'élastase qui intervient dans de nombreuses pathologies chez l'homme, en particulier dans l'emphysème pulmonaire et le psoriasis.

En 1994, le Dr Takahashi démontre que, parmi toutes les espèces aviaires, l'ovomucoïde du blanc de l'œuf de caille est le seul capable d'inhiber la trypsine humaine.

S’en suivent les travaux du Dr Bruttmann (CHU de Grenoble, 2007) "Rapport Vergnaud-2007-activite-trypsine-elastase-humaine" - sur la stabilité de l’ovomucoïde et son effet inhibiteur sur les trypsines ainsi que les travaux du Dr. Sainte-Laudy, "Effect of ovomucoide on human basophile activation" qui compléteront les nombreuses publications scientifiques. 

Les résultats de l’ensemble de ces recherches a amené au dépôt de plusieurs brevets et à la création d’Ovogenics.

 

Les progrès constants en biotechnologie nous permettent de toujours mieux comprendre le mécanisme d’action des enzymes contenues dans l’œuf de caille décrit comme antagoniste du récepteur-2 aux sérine protéases, qui jouent le rôle d'amplificateur des maladies allergiques. Les propriétés ce petit œuf suscitent un intérêt toujours grandissant et continuent d’être étudiées.


Avis des internautes

Soyez le premier à réagir à cet article !

Réagir à l'article : « Historique » ? Votre avis nous intéresse. Envoyez votre commentaire grâce au formulaire ci-dessous. Notre webmaster modère en permanence ce site Internet. En un clic, vous pouvez partager ce sujet avec vos amis Facebook ou vos followers sur Twitter. Merci pour votre participation. Tout commentaire est modéré avant publication.

Votre pseudonyme
Votre adresse email
Votre commentaire

Découvrez aussi...

Ovogenics propose plusieurs solutions à vos problèmes d'allergie. Cliquez sur un des produits ci-dessous pour en obtenir le détail.

Découvrez ci-dessous l'ensemble de nos actualités